Il y a 50 ans, la voix de Piaf entrait dans l'éternité

"Non, je ne regrette rien", chantait-elle. Le 10 octobre 1963, la voix d'Edith Piaf s'éteignait à 47 ans, au terme d'une vie hors du commun, au cours de laquelle la "Môme" est passée des pavés de Belleville aux sommets de la chanson. Première Française à conquérir l'Amérique, connue dans le monde entier pour "La vie en rose", elle a captivé le public. Par sa voix, mais aussi son intensité, accrue par l'économie de moyens déployés sur scène: un simple geste pour chaque chanson, une petite robe noire et un rond de lumière. Son génie d'interprète a parfois fait de l'ombre à ses autres talents: auteure méconnue, elle a pourtant écrit 80 chansons, dont "La vie en rose" et "L'hymne à l'amour". Pygmalion, manageuse avant l'heure, elle a déniché et fait éclore de nombreux talents : Yves Montand, Georges Moustaki, Paul Meurisse, Les Compagnons de la chanson, Charles Dumont, Charles Aznavour... Des hommes qui ont souvent fini dans le lit de cette séductrice dans l'âme. Impossible de résister à ce petit bout de femme (1m47), pas vraiment belle, mais à l'immense charisme. Yves Montand, Eddie Constantine, la star hollywoodienne John Garfield, Jacques Pills son premier mari, Théo Sarapo, son second époux, compagnon des derniers jours... sont tombés dans ses filets. Il y eut bien sûr aussi l'amour de sa vie, Marcel Cerdan, disparu tragiquement en avion en 1949, alors qu'il venait la rejoindre à New York. Pour lui, elle avait écrit quelques temps auparavant le prémonitoire "Hymne à l'amour". Malgré une vie parsemée de tragédie, Edith Piaf est toujours restée une "môme" gouailleuse, "enfant dictateur", attachante et cruelle, en particulier avec les femmes. Usée par les addictions, de lourdes interventions chirurgicales et une polyarthrite rhumatoïde, elle s'est éteinte le 10 octobre 1963 à Grasse d'une hémorragie interne. Son corps a été transporté illégalement à son domicile parisien. Une dernière fois, Piaf a été emportée par la foule. Des dizaines de milliers de parisiens se sont massés dans les rues pour accompagner sa dépouille jusqu'au cimetière du Père-Lachaise. De Jeff Buckley à Grace Jones en passant par Serge Gainsbourg ou Etienne Daho, des artistes de toutes les générations et de tous les horizons ont repris ses chansons et souligné son immense influence. Cinquante ans après sa mort, "La vie en rose", est toujours une des chansons françaises les plus jouées dans le monde.